Tuesday, July 25, 2017

Vaccinations obligatoires, le devoir de désobéissance civile



De son temps, Georges Bernanos avait prévu ce qui nous arrivera si nous acceptons cet asservissement qu'on cherche à nous imposer et qui mènerait au «Nouvel Ordre Mondial», évoqué en 1991 par l'ancien Président américain, Georges Bush senior, et relancé avec les attentats du 11 septembre 2001 par son fils Georges W. Le Congrès des Etats-Unis n'a-t-il pas accordé les pleins pouvoirs au Gouvernement fédéral, en votant l'USA Patriot Act, le 26 octobre 2001 (toujours en vigueur en 2017) et en publiant la stratégie nationale de sécurité, le 11 septembre 2002, avec The Madel Emergency Health Powers Act, permettant d'exiger la vaccination pour tous les américains, tout refus étant considéré comme un délit ?

Face aux méthodes de destruction de plus en plus efficaces, qui finiront par rayer notre espèce de la planète, Georges Bernanos mettait déjà en avant, il y a un demi siècle, « la docilité, l'absence de responsabilité de l'homme moderne, son acceptation vile et servile du moindre décret public ».

L'obéissance aveugle n'est plus une vertu lorsque la confiance s'effondre. Elle devient alors la plus sournoise des tentations, contre laquelle nous devons évidemment lutter. Car, en l'absence du rétablissement de la confiance et de réelles prises de conscience de nos autorités, qui doivent impérativement se libérer de toute pression économico-politique, la docilité contagieuse de l'homme ira de pair avec le développement de nouvelles maladies émergentes, qui finiront par détruire la planète et ses habitants.

À moins que le trop célèbre « responsable mais pas coupable », qui définit l'irresponsabilité du politique, ne génère, avec l'instinct de survie, la désobéissance civile. Dans le cadre du scandale du sang contaminé, que nos politiciens actuels semblent avoir bien vite oublié, André Glücksmann stigmatisait cette même désobéissance civile, « forme de responsabilité qui appelle à davantage de responsabilité ». Dans la dernière affaire des paillotes corses, le Premier ministre de l'époque, Lionel Jospin, avait à son tour évoqué cette désobéissance en déclarant : « le préfet et les gendarmes auraient dû désobéir à des ordres illégaux », sans toutefois préciser l'origine de ces ordres !

Devant la puissance financière des multinationales agroalimentaires et pharmaceutiques, et la persistance de leur mainmise sur la politique de santé et sur la gestion des crises sanitaires, au niveau de l'OMS et des institutions sanitaires, sommes-nous condamnés à développer cette désobéissance civile?

En suivant les conseils éclairés de la fable de Jean de la Fontaine, « le rat des villes et le rat des champs », que nos dirigeants semblent également méconnaître, nous pourrions retrouver, tel le rat des champs, le contact avec nos racines et la confiance perdue, restaurant ainsi la conscience et le bon sens institutionnels et individuels, tout en respectant la nature. Ces institutions doivent donc impérativement se libérer du joug des lobbies de l'industrie notamment, tandis que l'homme doit retrouver le contact avec ses racines.

Comme le souligne Edgar Morin : « toute notre philosophie s'écroule, mais un être nouveau peut être procréé. Le vrai problème, le seul non technique, c'est celui du modèle d'homme ou plutôt de post hominien qu'il faut édifier. Ce modèle devra être la réalisation concrète de l'humanisme au moment où celui-ci tombe en miettes.»

Cet « humanisme » doit bien évidemment intégrer et même contaminer nos institutions, manipulées par des experts inféodés à l'argent roi des multinationales, pour lesquelles le marché prime sur tous et sur tout, sauf les indices boursiers ...

Comme le disait fort justement Alexis Carrel, nous ne pourrons entreprendre la propre restauration de l'homme et celle de nos institutions, « sans avoir réformé notre mode de pensée », lequel doit retrouver toute sa liberté d'expression, aux antipodes de la pensée unique.

Docteur Marc Vercoutère

La face cachée des vaccins











PDF gratuit, Henry David THOREAU LA DESOBEISSANCE CIVILE.

Friday, July 21, 2017

La franc-maçonnerie, 300 ans d'imposture

La plupart des bouddhistes qui participent à la gestion des centres du dharma sont francs-maçons. Le psychiatre grenoblois Jean-Pierre Schnetzler, qui est membre de la loge Villard de Honnecourt, a même créé le centre tibétain de Karma Mygiur Ling à Montchardon, dans l'Isère.



Johan Livernette, auteur catholique anti-libéral et contre-révolutionnaire, dénonce le complot mondialiste qui trouve ses sources dans le talmudisme et la franc-maçonnerie.


La franc-maçonnerie, 300 ans d'imposture

par Johan Livernette



Ce livre est dans la continuité du précédent, Le complot contre Dieu, qui démontait le mondialisme, ce projet de destruction à grande échelle. Cette fois, La franc-maçonnerie, 300 ans d’imposture est centré uniquement sur la secte maçonnique. Mon but fut de publier le livre le plus complet et le plus documenté possible sur le sujet, en structurant mon travail sur différents axes, de manière à faire le tour de la question en 372 pages. Lorsque j’ai vu que la franc-maçonnerie allait fêter son tricentenaire, je me suis dit que c’était le bon moment pour fournir ce travail de synthèse.


Sur des francs-maçons qui, par le passé, se sont permis de dévoiler leur secte : le célèbre Albert Pike, le palladiste Domenico Margiotta, mais aussi François Clavel, Jean-Marie Ragon, Alexandre Lenoir, Oswald Wirth… Et puis surtout de nombreux auteurs antimaçonniques de référence comme Mgr Ernest Jouin, Mgr Henri Delassus, Mgr Léon Meurin, Léon de Poncins, AG Michel, l’abbé Barrruel, l’abbé Barbier, Henry Coston, Epiphanius, Jacques Ploncard d’Assac ou encore Jean-Claude Lozac’hmeur sur les origines de la franc-maçonnerie. Dans L’Église romaine en face de la révolution, l’historien Jacques Crétineau-Joly avait diffusé les documents de la Haute-Vente, à l’instar de Mgr Delassus dans Le problème de l’heure présente.


Pour les compte-rendus du Grand Orient, il y a l’ecclésiastique AG Michel.


Pour l’infiltration au sein de l’Église : l’abbé Emmanuel Barbier ;


pour les illuminés de Bavière : l’abbé Barruel et la Britannique Nesta H. Webster ;


pour l’initiation : Charles Nicoullaud ;


et pour l’analyse de la gnose : Étienne Couvert.


L’étude d’Emmanuel Ratier sur le B’naï B’rith est incontournable, tout comme celle d’
Antony C. Sutton sur la Skull and Bones ou celle de l’Américain Craig Heimbichner sur l’Ordo Templi Orientis.


Pour les francs-maçons décrits par eux-mêmes et les origines de l’ONU, le travail de Léon de Poncins est très précieux. Quant à l’action maçonnique durant l’histoire, il y a l’immense ouvrage du père Nicolas Deschamps intitulé Les sociétés secrètes et la société (éditions Saint-Rémi). Lors de mon étude, il m’a semblé nécessaire de rassembler un maximum d’informations et de documents, afin d’effectuer la synthèse de tous ces travaux. »



Monday, July 17, 2017

Le 11 Septembre 2001


Allusion au 9/11 et à la franc-maçonnerie dans un épisode des Simpson datant de l'année 1997.


Lisa Simpson montre un magazine de 9 $ intitulé "New York" sur lequel apparaît un 11, la silhouette des deux tours jumelles du World Trade Center. Ce magazine serait une allusion aux attentats du 11 septembre (9/11) qui auront lieu quatre ans plus tard. Dans la même scène, Bart Simpson exhibe des billets verts, d'étranges dollars dont le dessin représenterait les 2 colonnes (Jakin et Boaz) des temples maçonniques...



Le 11 septembre selon des sceptiques




Pour en savoir plus :




Sunday, July 16, 2017

Le nombre 11



Sans aucune concertation, Emmanuel Macron a décidé le 4 juillet 2017 que 11 vaccins chargés d’aluminium seront injectés aux enfants. Les parents récalcitrants encourront une peine de prison. La ministre de la Santé Agnès Buzyn souhaite que la loi concernant les 11 vaccins obligatoires soit rapidement votée.


Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, s’était déclarée favorable à l’euthanasie lors d’un colloque au Grand Orient de France en 2015 sur la « fin de vie des enfants ».

Hématologue (née le 1er novembre 1962 à Paris), Agnès Buzyn est l’aînée des trois enfants d’Élie Meir Buzyn, né le 7 janvier 1929 à Lodz (Pologne). Ce chirurgien orthopédique aujourd'hui retraité est membre actif de la loge Sigmund Freud du B’naï B’rith. La grand-mère de la ministre de la Santé était engagée dans le mouvement des femmes sionistes (Wizo).




Talmud & occultisme maçonnique


"Aujourd’hui, seuls 3 vaccins sont obligatoires en France pour les nourrissons (Diphtérie, tétanos, poliomyélite), ça fait déjà 9 doses (vaccins plus rappels) injectées la première année de la vie du bébé. Mais avec 11 vaccins, ce sont 25 à 40 doses qui doivent être encaissées par leur système immunitaire immature. Avant l’âge de 18 mois, le système immunitaire du bébé n’est pas achevé", s'inquiète Stéphane Guibert.

Imposer 11 vaccins aux enfants de France n'a pas pour seul objectif d'offrir des centaines de millions d'euros à l'industrie pharmaceutique.

Celui qui n'ignore pas l'existence de liens occultes entre les sociétés secrètes et les politiciens, comprend que Macron et son gouvernement sont des exécuteurs du plan de réduction massive de la population ordonné par le cénacle qui est au sommet de la franc-maçonnerie.

Et, ce crime contre l'humanité porte l'une des marques des serviteurs du prince de ce monde, maître des génocides et grand « architecte » de l'univers du culte maçonnique. Cette marque ou signature est le nombre 11.



LE NOMBRE 11


Des chrétiens contre les francs-maçons. 

Les Simpson, une vision idéalisée du bouddhisme






Pour améliorer ses finances, l'église de Springfield loue son espace mural aux annonceurs locaux. Horrifiée par ce mercantilisme, Lisa Simpson renonce au christianisme et se convertit au bouddhisme.


Le bouddhisme ne serait pas aussi vénal que le christianisme. LOL !



Les Simpson et la science
Un livre de Marco Malaspina

"A tous ceux que la science ne laisse pas indifférents - qu'ils soient profanes ou savants - Marco Malaspina propose de redécouvrir les grands problème scientifiques d'aujourd'hui avec humour... dans le canapé des Simpson ! Au programme : le nucléaire, les OGM, la querelle du créationnisme et bien d'autres questions que nous pose très sérieusement la science au quotidien. 

En zappant entre les meilleurs épisodes - dont les dialogues irrévérencieux et sarcastiques sont fidèlement restitués - l'auteur met en lumière le regard critique que porte sur la science la célèbre série télévisée. Pour tous les fans qui veulent redécouvrir leur dessin animé fétiche sous l'angle de la vulgarisation scientifique, mais aussi pour tous ceux qui recherchent une approche non académique de la science, ce livre est un guide sans équivalent. Il permet de saisir toute la modernité de la série et la pertinence de son regard su la société occidentale. C'est en effet nos valeurs et notre mode de vie qui, par l'intermédiaire de cette famille américaine moyenne, sont auscultés et critiqués."




Saturday, July 15, 2017

Les Georgia Guidestones


R. C. Christian, le nom du commanditaire des Georgia Guidestones évoque Christian Rosenkreutz ou Christian Rose-croix (R.C.), le mythique fondateur de la société secrète des rose-croix et fait allusion au 18ème degré de la franc-maçonnerie (chevalier rose-croix).


La franc-maçonnerie a toujours été présente dans les coulisses du pouvoir républicain et ploutocratique. Des francs-maçons occupent des postes importants dans le gouvernement actuel.

La cérémonie de la pyramide du Louvre inaugure un quinquennat totalement contrôlé par la loge (ou la synagogue) de Satan. D'ailleurs, à peine élu et selon le 1er commandement des Georgia Guidestones, Macron projette d'empoisonner lentement les enfants avec 11 vaccins obligatoires bourrés d'adjuvants toxiques. Le nombre 11 est un nombre maçonnique qui symbolise le chaos et l'instauration du nouvel ordre mondial. « Le 11 exprime l'ambivalence, le débordement, la violence d'un renouveau, la rupture de l'unité, et annonce un conflit virtuel, une faille de l'univers. » http://homme-et-espace.over-blog.com/article-le-11-septembre-a-la-lumiere-des-nombres-58249780.html 




Les Georgia Guidestones

par Claire Séverac

Les Georgia Guidestones, appelé aussi le Stonehenge américain, c'est un monument en granite érigé le 22 mars 1980 aux États-Unis, près d'Elberron en Géorgie.

Commandé par un homme s'étant présenté sous le nom de R. C. Christian , il a été construit par la firme Elberton Granite Finishing Company. Le banquier qui s'est occupé de la transaction a dû signer une clause de confidentialité et a reçu l'argent et les documents relatifs à cette transaction de diverses banques et villes des États-Unis afin que les commanditaires ne soient jamais localisés, identifiés ou divulgués.

C'est un ensemble de six blocs de granite de 5,87 mètres de haut pour un poids total de 107 840 kg, sur lesquels sont gravés « dix commandements » en huit langues modernes différentes : l'anglais, l'arabe, le chinois/mandarin, l'espagnol/castillan, l'hébreu, l'hindi, le russe et le swahili.

Et sur la pierre du haut, une courte inscription en quatre langues anciennes : babylonien, grec ancien, sanskrit et hiéroglyphe égyptien.

La plaque sur le sol donne les explications avec des références astronomiques, et indique la présence d'une capsule temporelle enterrée deux mètres en dessous, « à
ouvrir le . . . » sans préciser de date.

Ces « dix commandements », censés nous guider vers un « Âge de Raison » et aider les survivants d'une probable apocalypse à reconstituer une meilleure civilisation, sont :

1. Maintenir l'humanité en dessous de 500 000 000 d'individus, en perpétuel équilibre avec la nature. (Il y avait, à l'époque, 4,5 milliards d'humains sur la planète, ce qui voulait dire que huit sur neuf devaient disparaître ; aujourd'hui ce serait environ 12 sur 13 !)

2. Guider la reproduction avec sagesse en améliorant l'aptitude et la diversité.

3. Unifier l'humanité avec une nouvelle langue vivante. (Certains craignent le Livre des Révélations, qui prévenait qu'une langue commune et un gouvernement mondial verrait l'accomplissement de l'Antéchrist.)

4. Gouverner la passion, la foi, la tradition et toutes les autres choses (qui divisent) par l'usage de la raison et de la modération.

5. Protéger le peuple et les nations par des lois équitables et des tribunaux justes.

6. Laisser toutes les nations gérer les problèmes internes, et régler les conflits internationaux devant un tribunal mondial.

7. Éviter les lois insignifiantes et les fonctionnaires inutiles.

8 . Contrebalancer les droits personnels par les devoirs sociaux.

9. Privilégier la vérité, la beauté, l'amour, et chercher l'harmonie avec l'infini.

10. Ne sois pas un cancer sur la Terre. Laisse de la place à la nature.

Il est évident que ces commandements vont dans le sens du Nouvel Ordre mondial, comme la réduction massive des populations, le contrôle de la reproduction, un gouvernement mondial unique, la raison froide qui doit prendre le pas sur toute individualité, sur notre héritage...

En fait, sous le vernis écaillé de la démocratie, c'est bien une dictature mondiale absolue qui est en train de se mettre en place, où une hyperclasse fasciste dominera des hordes de pauvres exécutants, et où, dissimulé (pour l'instant) derrière des déclarations d'intention humanistes ou des prétextes bidons, tout est mis en œuvre pour atteindre ce but en repérant, écartant et supprimant tous les dissidents jusqu'à extinction de la race !

« Ce que nous voulons ne compte plus. Ce qui compte, c'est leur propre agenda », nous avertissait Aaron Russo dans America : Freedom to Fascism peu avant sa mort dans une interview pour Alex Jones. « Ils ont les machines à billets. Ce n'est pas une question d'argent, ils ont tout l'argent qu'ils veulent. C'est une histoire de pouvoir et de leur vision du monde. »



Friday, July 14, 2017

En marche... vers la dictature

Macron imposera l'injection de 11 poisons vaccinaux à tous les enfants de France.



« Pourquoi a-t-on triplé le nombre de vaccins que les enfants reçoivent et développent-ils autant de maladies auto-immunes dans le sillage de ces vaccinations ? Les élites ne vaccinent pas leurs enfants et ne mangent pas non plus les OGM ni la nourriture industrielle que l'on trouve à foison dans les supermarchés et que « la crise économique » oblige « les sans dents » à consommer ! » (Claire Séverac)




La Guerre secrète contre les peuples

Conférence de Claire Séverac



Claire Séverac répond aux questions du public





(extrait de la préface de Pierre Hillard)

Le livre de Claire Séverac, « La Guerre Secrète contre les Peuples », appartient à la catégorie des ouvrages qui vous marquent. L'auteur présente et explique, à partir de documents officiels et multiples, qu'une élite financière, scientifique, industrielle et politique s'est engagée dans une voie d'optimisation maximale des richesses à leur profit dans le cadre d'un nouvel ordre mondial en cours d'élaboration.

Manipulations génétiques, épandages (chemtrails), portables, OGM, armes électromagnétiques, projet HAARP, etc sont autant d'éléments permettant la soumission, l'abrutissement mais aussi la destruction de l'humanité à plus ou moins long terme. Pour les survivants ayant échappé à ce rouleau compresseur, leur réduction à l'état de serf au profit d'une oligarchie prédatrice n'est finalement que leur seule ligne d'horizon. Le lecteur peut être choqué par de tels propos. Après tout, il n'entend pas un tel discours dans les médias officiels. Ce lecteur oublie que ces médias sont, eux aussi, étroitement liés à ces élites politico-financières et qu'ils ne délivrent comme messages que ceux conformes à la doxa du système. Ce ne sont sûrement pas eux qui présenteront les origines profondes de l'étrange et révélateur Georgia Guidestones. Cet ensemble de blocs granitiques érigé en 1980 aux États-Unis présente dans de nombreuses langues, mais pas en français, une série de mesures dignes d'un régime dictatorial (limitation de l'humanité à 500 millions d'habitants, unification du genre humain, tribunal mondial... ). Toutes ces menaces recensées par Claire Séverac ne sont pas le fruit d'élucubrations. L'intérêt de ce livre est de dresser une liste très complète des acteurs œuvrant dans l'élaboration de techniques de pointe permettant l'assujettissement de l'humanité.

D'une certaine manière en raisonnant à froid et en faisant abstraction de toute morale, on peut dire que ces actions sont « logiques ». En effet, la volonté d'établir un nouvel ordre mondial oblige à une restructuration complète du monde. Celui-ci obéit à deux étapes. Premièrement, il s'agit de mettre en place des blocs continentaux (Union européenne, Unasur, Union eurasienne, Union africaine, .. . ) constituant une gouvernance mondiale. Cette dernière se doit, pour des raisons d'efficacité, d'être en mesure d'appliquer un modèle commun planétaire diffusé via des unions régionales. Celles-ci, à l'instar des « Administrations régionales » du « Meilleur des mondes » d'Aldous Huxley, répercutent ces mesures afin de les diffuser en profondeur dans leur espace géographique. Ainsi, l'humanité entière, subdivisée en blocs régionaux régis de manière technocratique, peut recevoir sa dose de poison de Monsanto et consorts. Cependant, le projet de gouvernance mondiale lié aux mesures décrites par Claire Séverac va plus loin encore et c'est le deuxième point. La finalité du est d'aboutir à une fusion de ces unions régionales avec mélange complet et indifférencié de tous les peuples de la terre. C'est le principe du « glocal » ou « région-monde »Une surface territoriale réduite (le local) doit représenter l'échantillon planétaire humain. La multiplication de ce « local » sur toute la surface de la terre doit constituer le « global ». L'idéal suprême pour l'oligarchie est d'avoir un simple individu, déraciné, psychologiquement déstructuré et nomade afin de mieux le soumettre, en paraphrasant le général Eisenhower, au complexe militaro-industrialo-pharmaco de la gouvernance mondiale. Pour l'oligarchie et en liaison avec les techniques les plus développées, une humanité réduite à 500 millions d'habitants, comme le prescrit le Georgia Guidestones, représente le profil adéquat de la rentabilité maximale.

L'ironie dans cette histoire est que le système teste déjà les réactions psychologiques des peuples par des films annonçant, par la voie de la science-fiction, un avenir ressemblant furieusement au programme concocté dans les cénacles oligarchiques. C'est le cas du film Elysium sorti en 2013 avec Matt Damon et Jodie Foster. Tandis qu'une humanité mélangée, appauvrie et vivant d'expédients survit péniblement, une minorité oligarchique jouit des meilleures conditions de vie (alimentation, soins médicaux... ) dans un immense vaisseau spatial arrimé à l'orbite terrestre. Vue de terre, cette île spatiale flottante réunissant la crème oligarchique représente un pentagramme renversé, l'emblème par excellence du satanisme. Et c' est aussi l'intérêt du livre de Claire Séverac. Outre la diversité des mesures pour soumettre et avilir l'humanité, on ne peut qu'être frappé du caractère démoniaque de ces politiques touchant tous les secteurs propres au bon développement de la vie. 

Un tel degré de perversité et cette persévérance inouïe pour mener à terme ces projets ne peuvent pas être seulement l'œuvre d'êtres dépravés.

Elysium












Tuesday, July 11, 2017

Sextoy scientologue

La vénération des scientologues pour leur gourou, L. Ron Hubbard (1911-1986), entre dans une nouvelle dimension grâce au RON BUTTPLUG.






"Jenna Miscavige Hill, la nièce du chef actuel de la Scientologie, dévoile, pour la première fois, comment elle a grandi dans la Scientologie et comment elle a réussi à en sortir. Le récent divorce de Tom Cruise et de Katie Holmes a attiré l’attention sur les conditions de vie des enfants dans la Scientologie. Dans son livre, Jenna révèle comment elle a été séparée de ses parents, et comment elle a intégré la Sea organisation qui chapeaute l'ensemble de la Scientologie dans le monde entier. 

Fondée en 1952 par L. Ron Hubbard, la Scientologie suscite dans le monde entier de nombreuses interrogations et controverses. Dans ce livre évènement Jenna Miscavige Hill met en lumière les aspects les plus troubles de l’organisation : des pratiques de récolte d’argent au travail des enfants. Jusqu’à révéler comment la Scientologie recrute des stars pour assurer la promotion de l’organisation."

Scientologues célèbres :

 http://www.20minutes.fr/people/diaporama-296-photo-281846-les-scientologues-celebres




Saturday, July 08, 2017

La guerre secrète contre la mafia Khazare


Avec l'arrivé de Macron au sommet de l'Etat, la mafia khazare (la synagogue de Mammon ou la loge des kabbalistes khazars) des Rothschild et consorts finalise sa dictature (et son racket financier) sur le peuple français. 


A peine élu, Macron offre une nouvelle victoire aux grandes banques en supprimant une partie de la taxe sur les transactions financières (TTF). Il faut « promouvoir l'attractivité financière de Paris », dit Edouard Philippe, qui, quelques jours auparavant, a rendu obligatoire 11 vaccins infantiles offrant ainsi un gros pactole à la mafia médicale.

La partie occidentale de l'Union européenne devient-elle un bastion de la mafia Khazare (la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie se rebellent) ?

D'après Benjamin Fulford, porte parole de la mystérieuse société du Dragon blanc qui serait en guerre contre la Synagogue de Mammon ou la mafia "Khazariane"



Le nettoyage de la crasse Khazariane 
se poursuit aux États-Unis, 
au Japon et ailleurs

« Une éradication complète de la mafia Khazariane se poursuit dans le monde entier. Les plus grands développements se sont produit aux premiers rangs du Vatican où le Ministre des Finances du Vatican et Grand Patron numéro 3, le Cardinal Australien George Pell, a été suspendu, après avoir été inculpé pour viols d'enfants.

En conséquence, "les pédos sont en pleine panique", disent les responsables du Pentagone. François a également supprimé un autre Grand Patron, le Cardinal Gerhard Mueller, de son poste à la tête de la Doctrine, et l'a remplacé par un modéré.

La suspension de Pell en tant que ministre des Finances est presque certainement reliée aux événements de Bougainville et de Papouasie-Nouvelle-Guinée, des zones sous contrôle Australien et par conséquent, sous la tutelle de Pell, disent les sources de la Société Dragon Blanc.

La révélation selon laquelle seulement 3% environ, de l'argent provenant des minéraux extraits en PNG, allait aux habitants, contredit complètement le vœu du Pape François de transformer l'Église Catholique en une «Église pauvre pour les pauvres».

La Société Dragon Blanc prévoit relier l'or de Bougainville aux crypto-devises, avec le soutien des militaires Américains et Russes, et ainsi donc contourner complètement le système financier actuel, lequel est contrôlé par la mafia Khazariane et le Vatican, doit avoir ajouté de l'urgence sur les démarches du Vatican, pour tasser le cardinal Pell.

L'élimination de l'Allemand Mueller, que plusieurs considéraient comme la tête de la résistance aux efforts du Pape François pour rendre l'Église plus flexible, est également une défaite significative pour la mafia Khazariane et ses mandataires, disent les sources de la loge P2 Francs-maçons.

Ce limogeage va probablement affecter ce qui se passe chez les Chevaliers de Malte, où une scission Allemande / Britannique a été officialisée, entraînant une impasse au sommet de l'ordre spirituel militaire le plus important de l'Occident. Cela par ricochet, affectera la manière dont le complexe militaro-industriel Américain est dirigé.

En d'autres termes, la faction fanatique, qui veut encore déclencher la Troisième Guerre Mondiale, a perdu ses plus hauts officiers, selon les sources de la Société Dragon Blanc.

Un autre grand développement de la semaine dernière a été l'arrivée du porte avion USS Bush en Israël. Le site du Mossad, DEBKA, a exprimé sa confusion quant à l'arrivée du transporteur, car il n'était apparemment pas là pour attaquer, ni l'Iran ni la Syrie.

http://www.debka.com/article/26124/Who-Is-the-Bush-carrier-meant-to-deter-Not-Iran

En fait, selon les sources du Pentagone, l'arrivée du transporteur en Israël est un «message sans équivoque selon lequel, les États-Unis et la Russie peuvent imposer un blocus air-mer, si autorisé par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour imposer un accord de paix et le retour du Plateau du Golan à la Syrie".

Déjà des troupes Iraniennes, Russes et du Hezbollah, se trouvent à la frontière Israélienne, maintenant, au lieu de venir pour protéger Israël, il semble que l'armée Américaine travaille avec leurs ennemis, pour finalement remettre à sa place cet état délinquant.

La famille Saoudienne au pouvoir en Arabie Saoudite, étant sortie du placard en tant que Satanistes Khazarians et non Musulmans, sera également forcée de cesser et d'abandonner de faire du trouble, maintenant qu'elle est isolée du reste du monde Musulman. C'est pourquoi l'armée mercenaire de défense Saoudienne / Israélienne / Daesh est littéralement en train de fondre.

Et les Chinois ajoutent de la pression, en insistant pour que les Saoudiens cessent de leur vendre du pétrole, en échange de dollars américains contrôlés par les Khazarians. Les Saoudiens n'auront plus d'autres choix que d'abandonner le pétrodollar, de convenir la CIA et les sources du Pentagone.

Et encore, un troisième et énorme développement est survenu la semaine dernière, au Japon, où l'ancien parti de longue date Libéral- Démocrate, a connu une défaite historique aux élections de la Préfecture de Tokyo.

Ici, le gouverneur Yuriko Koike et l'Organisation Laïque Bouddhiste Sokka Gakkai, ont supporté le Parti Komeito, et ont marqué une énorme victoire, obtenant 79 sièges de l'assemblée de 127 sièges, tandis que le LDP est tombé à 23 sièges, à partir de 57 précédemment.

Cette perte signifie que le gouvernement esclavagiste Khazarian, du Premier Ministre Shinzo Abe et le PDL, vont devoir faire face à une démolition similaire lors des prochaines élections nationales, qui se dérouleront probablement bientôt, suite à cette défaite à Tokyo, disent les sources Japonaises de droite. Cela signifie que le régime Japonais esclave d'après-guerre, dirigé principalement par des Coréens prétendant être des Japonais, va finalement se terminer.

Un mouvement similaire pourrait être détecté dans la Péninsule Coréenne, avec une offre Sud-Coréenne d'un traité de paix avec la Corée du Nord, ce qui rendrait probable, que la division artificielle de cette péninsule en arriverait également rapidement à une fin.

http://timesofindia.indiatimes.com/world/rest-of-world/south-korea-to-offer-peace-treaty-to-north/articleshow/59367352.cms

En attendant, aux États-Unis, le New York Times, le CNN et d'autres sites de propagande, contrôlés par les Khazarians, sont forcés d'émettre des corrections et de licencier du personnel, car leurs mensonges et leurs propagandes sont éventés.

Les sources de la CIA affirment, que l'élimination de la crasse Khazariane de la structure du pouvoir aux États-Unis, est presque complétée, et c'est pourquoi des changements peuvent maintenant être observés en Asie.

De plus, l'armée Américaine fait des mouvements pour créer un corps spatial, alors que le président Donald Trump a signé un ordre exécutif pour ressusciter le Conseil Spatial National. C'est un signe possible que le complexe militaro-industriel des États-Unis est enfin prêt pour cette divulgation, ce que les défenseurs des Programmes Spatiaux Secrets demandent depuis longtemps.

(Ndlt : https://www.youtube.com/watch?v=dC3SzbZU3P8)

Ces grands changements maritimes arrivent avant ce qui devrait être un sommet clé du G20 qui aura lieu à Hambourg, en Allemagne, les 7 et 8 juillet.

Dans la foulée, nous voyons de sérieux jeux de bras de fer, entre la Chine et les États-Unis, où de fortes tensions se lèvent. Plus important encore, les sources du Pentagone suggèrent qu'ils ont abattu un satellite Chinois, la semaine dernière.

https://www.nasaspaceflight.com/2017/07/long-march-5-lofts-shijian-18

On peut noter d’autres mouvements montrant que la lune de miel entre le président Chinois Xi Jinping et Donald Trump, est en train de se terminer, et on parle d’un accord Américain de vendre des armes à Taiwan, des sanctions Américaines contre une banque Chinoise, des tarifs douaniers sur l'acier et autres articles, et l'envoi d'un destroyer aux îles Paracel, en mer de Chine Méridionale, note le Pentagone.

Les Chinois ne prennent pas cela du tout à la légère, et ont envoyé des navires de guerre et des avions de combat, pour affronter le destroyer Américain. En outre, il ne fait aucun doute que la Chine a pris une action militaire symbolique contre l'Inde la semaine dernière, alors que le Premier Ministre Indien, Narendra Modi, rencontrait Trump. Les Chinois ont déjà dit à leurs homologues Américains, qu'ils détenaient la capacité technique d'envahir l'Inde en deux mois, si nécessaire.

Il semble que la Russie aura le rôle d'arbitre entre la Chine et les États-Unis, lors de la prochaine réunion du G20. Trump devrait y rencontrer pour la première fois, son homologue Vladimir Poutine, et les sources du Pentagone affirment que son mandat consistera à mettre fin aux prises de becs Russes et Américaines, orchestrées par les Khazarians aux États-Unis.

Les sources de la Société Russe du Dragon Blanc disent que les actions passées des États-Unis ont laissé les Russes profondément méfiants envers les Américains. Cependant, ainsi que le Ministre Russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et d'autres responsables Russes, l'ont déclaré à maintes reprises, les Russes favorisent un système mondial harmonieux, qui ne soit pas dominé par un pouvoir unique.

À cette fin, quelque chose qui a glissé sous le radar de cet écrivain, une série de leaders religieux du monde entier ont lancé un appel conjoint, le 14 juin, pour que les gens du monde s'unissent et se lient d'amitié de part et d'autre sans les limites des religions.

http://iqra.ca/2017/worlds-religious-leaders-unite-to-issue-an-urgent-message-to-humanity/

Source :

http://stopmensonges.com/le-nettoyage-de-la-crasse-khazariane-se-poursuit-aux-etats-unis-au-japon-et-ailleurs/

Thursday, July 06, 2017

Jésus était-il un moine bouddhiste ?

Un documentaire de la BBC prétend que Jésus était un moine bouddhiste nommé Issa.

Jesus was a Buddhist Monk
BBC Documentary


D'après un article du site Nouvel Ordre Mondial : "les trois rois mages pourraient avoir été des bouddhistes en quête de localiser la réincarnation du dernier Lama (Jésus)".

L'article précise : "Suite à la mort d’un Saint ou d’un grand bouddhiste, on a dit que les rois mages avaient consulté les étoiles et ont ensuite entrepris un long voyage dans l’espoir de trouver le bébé divin qu’ils croyaient être la réincarnation du vrai Dalai Lama. Une fois que cet enfant a atteint l’âge d’être retiré de chez ses parents, il a été élevé et éduqué dans l’esprit du bouddhisme." 

Jésus "réincarnation du vrai Dalaï-lama". Cette déclaration est surprenante quand on sait que l'institution des Dalaï-lamas n'existait pas à l'époque du Christ.


De plus, l'auteur de l'article se réfère à Nicholas Roerich. Or, ce personnage né en 1874 à Saint-Pétersbourg et mort en 1947 en Inde, a fait beaucoup de prosélytisme pour le compte de la Société théosophique de Madame Blavatsky.

Les écrits de Nicholas Roerich sont, n'en doutons pas, inspirés par la contre-initiation qui a contaminé le spiritualisme contemporain.


Un musulman lynché par une foule bouddhiste en Birmanie





Un membre de la minorité musulmane rohingya a été lynché et six autres blessés par une foule bouddhiste en Birmanie, dernier cas de violences religieuses dans ce pays en proie à un bouddhisme radical, a annoncé la police mercredi. L'incident s'est produit mardi alors que sept Rohingyas étaient sous escorte policière pour se rendre du camp où ils vivent vers la capitale régionale de l'Etat Rakhine (ouest).

Plus de 100.000 personnes, essentiellement des Rohingyas, vivent dans ces camps de déplacés de l'Etat Rakhine depuis des violences intereligieuses ayant fait plusieurs centaines de morts en 2012.

Les Rohingyas, considérés comme une des minorités les plus persécutées au monde par l'ONU, ne peuvent sortir de ces camps qu'au compte-gouttes et sur présentation d'autorisations. Un mort et six blessés "Un musulman a été tué et les six autres blessés. Deux sont toujours hospitalisés", a précisé un policier, sous couvert de l'anonymat, à l'AFP. Les violences ont été déclenchées par une discussion animée sur le port de Sittwe entre ce groupe de Rohingyas et un entrepreneur local, au sujet d'un bateau qu'ils souhaitaient acheter.

Dispute "Sur la jetée du port, une dispute a éclaté", écrit le journal officiel Global New Light of Myanmar et "une pierre a été lancée, qui s'est révélée fatale". Le journal ne précise pas que les victimes sont des Rohingyas musulmans, le sujet étant tabou en Birmanie. "Crimes contre l'humanité". Le gouvernement birman, au premier rang duquel l'ex-opposante Aung San Suu Kyi, rejette les accusations de l'ONU de possibles "crimes contre l'humanité" commis par l'armée depuis fin 2016 contre les Rohingyas. Traités comme des étrangers en Birmanie, ils y restent apatrides, privés de tout droit, même si certains vivent dans le pays depuis des générations.


Source :
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3200748/2017/07/05/Un-musulman-lynche-par-une-foule-bouddhiste-en-Birmanie.dhtml

Tuesday, June 27, 2017

La judéophobie d'Alain Soral


"Pour ce qui concerne "Comprendre l’empire" d’Alain Soral, il me semble que la filiation n’est pas aussi nette, même si l’on sent poindre ici ou là quelques références à la pensée traditionnelle (Guénon/Evola)." David Bisson – Propos recueillis par E&R Aquitaine. (David Bisson est l'auteur du livre "René Guénon : Une politique de l'esprit".)


Alain Soral n'hésite pas à boxer le polémiste raciste Daniel Conversano qui envisage de recourir à la violence armée contre les immigrés.

Soral dit à qui veut l'entendre qu'il est « judéophobe, antisioniste, mais pas antisémite ». Et, contrairement aux racistes comme Conversano, il a lu le livre de Julius Evola « Le Mythe du Sang » :

Racisme et antisémitisme
Extrait du "Mythe du Sang"

"Nous avons été confrontés souvent à des idées antisémites. Ces idées, dans les formes contemporaines du racisme, ont pris un caractère toujours plus précis, donnant même lieu à un équivoque : selon certains, le racisme et l'antisémitisme ne feraient qu'un, et il suffirait donc de n'être ni juif ni de couleur pour appartenir à la race « aryenne ». Bien que des formes peu réfléchies de racisme aient entretenu pareille confusion, il faut soutenir que l'antisémitisme, et en particulier l'antijudaïsme, sont des aspects subordonnés à la théorie de la race : ils tirent d'elle leurs principes, mais ne s'identifient certainement pas à elle.

Nous nous proposons ici d'éclaircir les points de vue principaux de la question hébraïque et de la polémique qui lui est relative. Nous nous rapporterons aux opinions de certains antisémites étrangers mais nous ferons valoir les points de vue de l'antijudaïsme italien, surtout du courant de Giovanni Preziosi et de sa revue La Vita italiana, puisque de tels points de vue offrent souvent un caractère complet.

Les Juifs ne constituent pas une race

Faisons d'abord allusion à la question juive d'un point de vue ethnique et à proprement parler racial. Selon le racisme, les Juifs ne constituent pas une race au sens propre, mais un peuple de métis (Fritsch, Günther). Les Sémites auxquels les Juifs appartiennent sont considérés déjà par Gobineau comme des métis dérivés d'un croisement entre la race blanche et la race noire. On tend à y voir un mélange entre la race désertique (ou orientaloïde) et la race levantine (ou arménoïde) : dans le cas précis des Juifs, ce mélange serait compliqué d'autres composants raciaux, variables selon les lignées, de race soit ancienne, soit encore existante (race méditerranéenne et race alpine). Du reste, déjà la Bible parlait des sept peuples qui auraient contribué à la formation du sang et de la « semence » juive, en mettant de coté les influences chamitiques (égyptiennes) et philistines... A l'époque de la Diaspora (dispersion) et du dernier prophétisme, d'autres éléments résiduels de la décadence ethnique et spirituelle méditerranéenne se coagulèrent au judaïsme.

Le Juif a été fabriqué par ses livres et ses rites

Si Israël n'est pas une race mais un mélange de races, on se demandera à quoi il doit son indiscutable unité, comment il a tiré d'un pareil mélange un type clairement reconnaissable, lequel a eu la force de résister à travers les siècles aux conditions les plus défavorables, et chez qui la solidarité et la fidélité au sang sont tellement vives, que le peuple juif se présente comme l'un des peuples les plus racistes de l'histoire.

La raison d'une telle unité ne doit pas être cherchée dans la race au sens strict, mais dans la force formatrice exercée par une idée et une tradition. C'est un Juif, James Darmesteter, qui a écrit « Le Juif a été formé, pour ne pas dire fabriqué, par ses livres et ses rites. Comme Adam est issu de Jéhovah, il est issu des mains de ses rabbins ».

C'est la Loi, la Torah, qui a créé le type juif et l'unité juive : cette loi pour les Juifs se substitue à la patrie, à la terre, à la nation, au sang lui-même ; cette loi a survécu à un mélange racial originel, chaotique et détritique, lui a imposé une forme, a élaboré les instincts et les attitudes d'un type spécial, qui à travers les siècles, allait devenir héréditaire.

Il a été dit, à travers les siècles, comment les antisémites ont relevé l'erreur de ceux qui croient qu'après l'Ancien Testament et à l'arrivée du christianisme, l'influence de la loi juive ait été, pour ainsi dire, neutralisée et presque arrêtée. C'est l'opposé qui est vrai. L'ancienne loi, la Torah, déjà complétée par la Misnah (répétition, la loi répétée), c'est-à-dire par une tradition diverse, d'abord orale puis, vers le 3ème siècle, fixée par écrit, a trouvé son développement dans la littérature rabbinique recueillie dans le Gemara, qui signifie l'accomplissement et qu'on appelle communément le Talmud, et aussi dans les développements propres à la Kabbale et les formulations du Schulchan Arukh. Tout ceci doit être compris comme un tout, et comme une continuité parfaite à travers les siècles, avant et après le christianisme, jusqu'à nos jours. En outre, les formulations postchrétiennes, talmudiques, de la loi juive, sont celles qui ont le plus renforcé et caractérisé la façon d'être et l'instinct juif, surtout dans leurs rapports avec les non-Juifs.

Action anti-traditionelle

Le front aryen et raciste considère le judaïsme comme une force destructrice pour toute race ou culture. Examinons les éléments qui justifient cette idée et, plus précisément, les voies par lesquelles se manifestent les caractères effectivement destructeurs du judaïsme. Le point de vue prédominant dans l'antisémitisme est que, de même que la force germinative d'une graine ne se développe que quand elle se casse et agit alors sur la matière environnante, ainsi le judaïsme n'aurait commencé à avoir une influence délétère qu'avec la crise de l'ancienne tradition nationale juive, avec l'écroulement politique et la dispersion de par le monde du peuple élu.

Comme premier élément, on doit considérer les influences que devraient exercer les éléments ethniques chaotiques et impurs déjà tirés de la loi, au moment où ils se délient et passent à l'état libre.

Guénon a relevé justement que les rapports entre le Juif et sa tradition diffèrent de ceux observés dans les autres races. Pour le non-Juif qui se détache de sa tradition comme loi religieuse, il existe encore d'autres formes de soutiens : la terre, le sang et la patrie. Mais dans le Judaïsme, la loi tient lieu de tout cela à la fois. Au point que si les Juifs s'en délient, elle devient automatiquement un facteur de dissolution. C'est ainsi que, eux-mêmes sans race, les Juifs deviennent alors l'anti-race ; eux-mêmes sans nation, ils deviennent l'anti-nation. Mommsen écrivait : « Déjà dans le monde antique, le judaïsme fut un ferment de cosmopolitisme et de décomposition nationale ». Substance insaisissable, fuyante et sans patrie à l'intérieur de toute patrie, Wolf voit dans l'élément hébraïque le principe même de l'anti-race, de l'anti-tradition, de l'anticulture : non pas l'antithèse d'une culture particulière, mais l'antithèse de toute culture racialement et nationalement déterminée. Dans le composé juif, la part désertique ou orientaloïde renforce cette influence : par leur esprit nomade, apatride, les Juifs auraient injecté dans différents peuples – en commençant par les Romains – le virus de l'anti-nationalisme, de l'universalisme, de l'internationalisme culturel. Ils exercent une action incessante de corrosion contre tout ce qui est différencié, qualitatif, lié au sang et à la tradition : ceci aboutit, en politique, à l'idéologie maçonnique, judaïsante, avec pour corollaire les mythes humanitaires sociaux et internationalistes.

La dégradation de toute valeur supérieure

Second élément, les influences destructrices du judaïsme tiennent aussi à la part qu'occupe en Israël la race de l'homme levantin et la psychologie décrite par Günther et surtout par Clauss, qui en fait « l'homme de la rédemption ». Cet homme est caractérisé par le dualisme du corps et de l'esprit. Le corps n'est plus que l'expression instrumentalisée de l'esprit, mais entendu comme « chair », comme une matière coupable dont il faut se racheter. Cet élan confus vers la « rédemption » peut échouer : alors l'homme, retombant, se noie dans la matière, il en jouit et se saoule, comme pour oublier sa nature, et ensuite il tend à contaminer tout ce vers quoi il tendait, toutes ces valeurs supérieures qu'il n'a pu rejoindre. Il jouit de toutes les crises où il voit se refléter sa propre crise intérieure. Il prend plaisir partout où s'exprime l'omnipotence de cette matérialité crasse et oblique dans laquelle il est retombé. Il s'en sert comme d'un alibi, comme d'une justification. C'est ainsi que l'élément hébraïque, comme nous le verrons d'un peu plus près, s'est toujours manifesté à travers une action, consciente ou inconsciente, de contamination et de dégradation de toute valeur supérieure.

Tu dévoreras tous les peuples que Yahvé ton Dieu te livrera

On doit considérer, comme troisième point, l'efficience particulière qu'ont eue les causes fondamentales de cette loi sur la formation des instincts et des comportements de base, aboutissant à la forme séculaire, matérialiste et mécanique d'agir de ces instincts chez les Juifs persécutés de la Diaspora. Comme on le sait, le thème central de l'ancienne loi est qu'Israël est le « peuple élu », destiné à dominer tous les hommes, toutes les terres et les richesses du monde, de telle sorte que tous les royaumes devront lui obéir. Ce sont les thèmes du mosaïsme : « Yahvé te mettra à la tête, et non à la queue; tu seras toujours en haut et tu ne seras jamais en bas » (Deutéronome, 28, 13). « Tu dévoreras tous les peuples que Yahvé ton Dieu te livrera; ton œil sera sans pitié pour eux, et tu ne servira point leurs dieux » (Deutéronome, 7, 16). Ce sont aussi des thèmes de la littérature prophétique : « Et le règne, la domination et la grandeur des royaumes qui sont sous tous les cieux seront donnés au peuple des saints du Très Haut : son règne est un règne éternel, et toutes les puissances le serviront et lui obéiront » (Daniel, 7, 27). « Les fils de l'étranger rebâtiront tes murailles, et leurs rois seront tes serviteurs » (Isaïe, 60, 10). « Mais vous, on vous appellera prêtres de Yahvé ; on vous nommera 'ministres de notre Dieu'; vous mangerez les richesses des nations, et vous vous parerez de leur magnificence » (Isaïe, 61, 6).

Qu'on pense aux sentiments que devait fatalement inspirer à Israël cette certitude de la domination universelle au moment où il cessa d'exister comme puissance politique. Qu'on pense à ce peuple qui continua, après le triomphe du christianisme, à se sentir « élu », et fut identifié au dernier des peuples, à une lignée maudite et déicide digne de toutes les persécutions, condamnée à la servitude, par une juste punition. Le potentiel généré par cette idée de la loi devait fatalement se traduire par une haine profonde et sans limite pour tous les non-juifs et se concrétiser par une pratique pour ainsi dire, serpentine. C'est ce que montre le développement ultérieur, talmudique, de l'ancienne loi.

Voici quelques passages talmudiques, rappelés à juste titre par les Preziosi et De Vries de Heekelingen :

« Que signifie Har Sinaï ? Il s'agit du mont à partir duquel a irradié Sina, c'est-à-dire la haine contre les peuples du monde ».

« Vous, Juifs, vous êtes appelés hommes, alors que les nations du monde ne méritent pas le nom d'hommes, mais de bestiaux ». « La semence d'un goy (non-Juif) est comme la semence d'un animal. »

« Le meilleur parmi les goyim, tu dois le tuer ».

« Fais-le mourir en lui serrant les mâchoires pour qu'il ne crie pas ».

« Qu'est-ce qu'une prostituée ? Toute femme qui n'est pas juive. » Et ainsi de suite.

Les expressions contenues dans une prière, que tout Juif orthodoxe devait réciter journellement, dans le Shemoné Esré, sont : « Que les apostats perdent tout espoir, que les Nazaréens et les chrétiens périssent sous les coups, qu'ils soient rayés du livre de la vie et ne soient pas comptés parmi les justes ».

A l'époque moderne, la justification religieuse de ces sentiments est moins claire, bien que l'efficience en ait survécu en termes d'instinct, d'aptitude innée. Et on peut en dire autant aujourd'hui, de la conviction originelle selon laquelle entre Israël et les autres peuples il n'existe rien de commun. D'où l'absurdité de vouloir adopter les mêmes critères de conduite avec les Juifs et les Gentils, ces derniers étant des êtres inférieurs qui n'ont droit qu'à être exploités comme du bétail. Les préceptes talmudiques sont clairs : ils établissent deux morales, l'une qui s'applique au prochain, c'est-à-dire aux Juifs, et l'autre qui sert dans les rapports avec les goyim, les non-Juifs ; Et toute action délictueuse ou indigne selon la première morale cesse de l'être pour la seconde. C'est ainsi que le Talmud et le Schulchan Arukh autorisent à voler le non-Juif ; du prêt usuraire ils font non seulement un droit, mais presque un devoir ; ils prescrivent de ne pas témoigner ou de faire un faux témoignage lors d'un procès opposant un Juif et un non-Juif; ils considèrent que « le patrimoine et les biens des non-Juifs doivent être considérés sans propriétaire et que le premier arrivé a des droits sur eux » ; ils précisent seulement que si plusieurs Juifs procèdent à une tromperie, ils sont seulement tenus d'en partager équitablement le fruit ; ils exhortent à prêter de l'argent, mais refusent d'en emprunter ; ils ne respectent pas la parole donnée, et ainsi de suite. La polémique antisémite a recueilli toute une série de maximes de ce genre, avec l'indication de leur origine et de leur caractère orthodoxe. D'ailleurs, si on lit aussi dans le Talmud « qu'un goy qui étudie le Talmud et un Juif qui l'aide, doivent être mis à mort » ; s'il est précisé que « communiquer quoi que ce soit de notre loi à un goy, équivaut à un massacre de tous les Juifs, puisque si les goyim savaient ce que nous enseignons à leur égard, ils nous auraient sans aucun doute exterminés »; si on lit de telles phrases, on a la confirmation précise de la pleine conscience que les Juifs avaient de la double morale contenue dans leurs textes orthodoxes.

Mais ici, on objecte d'habitude qu'il s'agit de textes anciens, pratiquement tombés en désuétude. C'est une erreur. Comme nous l'avons dit, pendant des siècles ces idées, ces préceptes ont agi de façon formelle dans l'intimité de la conscience juive : ils ont laissé leur trace indélébile.

De la volonté de domination, de la haine et enfin de la double morale talmudique, on aura perdu la justification première, religieuse et messianique : mais on aura pas perdu l'ensemble des instincts, des comportements qui, sur un plan sécularisé et pratique, se manifestent simplement comme une manière d'être, comme une qualité héréditaire de la race, ayant pour ainsi dire son existence autonome. Voilà pourquoi l'élément religieux ne prend aucune part au problème juif, que pourtant le racisme moderne a voulu lui imposer. Dühring a eu raison d'écrire : « La question juive existerait même si tous les Juifs avaient abandonné leur religion pour rejoindre nos Eglises dominantes ». Telle est bien la vision de l'antisémitisme moderne, concordante avec celle de la plupart des Juifs et discordante, en revanche, avec celle de l'ancien antisémitisme d'origine catholique. « Un Japonais ou un Noir converti ou baptisé reste japonais ou noir. Ainsi un juif baptisé reste juif [...] Convertis de bonne foi ou non, les Juifs baptisés restent juifs, à se sentir juifs et à être considérés comme juifs par leur anciens coreligionnaires » (De Vries de Heekelingen).

Des révolutions à la domination mondiale

Dans un texte talmudique, on lit : « Partout où les Juifs s'établissent, ils doivent devenir les patrons ; et tant qu'ils n'auront pas le pouvoir absolu, ils se considéreront comme des exilés, des prisonniers... tant qu'ils ne dominent pas entièrement, ils ne doivent pas cesser de crier : Quel tourment ! Quelle indignité ! » Il s'agit, là encore, d'un thème de la Loi, dérivé de l'ancienne Promesse qui, une fois oubliée la justification religieuse, devait laisser comme trace un instinct révolutionnaire agissant par lui-même comme ferment d'agitation et de subversion continuelle. C'est ainsi que les Juifs furent largement représentés dans tous les mouvements subversifs révolutionnaires modernes, sans exception, et particulièrement dans le communisme
et le socialisme dont les principaux représentants sont juifs, Karl Marx, Lassalle, Rosa Luxemburg, Kautsky, Trotsky... Quant à la structure de l' Etat à détruire, elle importe peu : « Dans une monarchie, les Juifs sont républicains; dans une république conservatrice, ils seront socialistes ; dans une république socialiste, ils seront communistes. Tout ceci revient au même pourvu qu'ils détruisent l'Etat existant. Ils s'opposeront à la société en place tant qu'elle conservera un reste de base non-juive ».

A nouveau, c'est un instinct qui subsiste comme un héritage, ayant pour origine lointaine et inconsciente l'idée que tout système qui ne remplit pas encore la promesse de domination dévolue au peuple élu est un système injuste, illégitime et usurpé.
 
Ultralibéralisme et finance internationale

Dans le judaïsme moderne, l'envers de la médaille révolutionnaire est le capitalisme et la finance internationale. On doit se souvenir que le « règne » de la Promesse juive ne fut pas conçu en termes mystiques et surnaturels, mais comme celui qui aura recueilli toutes les richesses de la terre. « Ton Dieu te veut riche » et « tu prêteras de l'argent à de nombreux peuples mais tu n'emprunteras à personne » sont déjà des maximes bibliques ; si l'on y ajoute l'inclination des peuples sémitiques (en particulier ceux du désert) à considérer la richesse comme essentiellement vagabonde, on rendra compte peu à peu, avec le matérialisme et la sécularisation, d'inclinations épousant les formes typiquement juives de capitalisme, pour en arriver à l'omnipotence d'une économie sans esprit et d'une finance sans patrie : dans ces formes actuelles, s'exprime l'ancienne volonté de puissance juive, soit directement, soit en vue de la destruction et de l'avilissement des valeurs que cette omnipotence porte en elle. Des traits pareillement juifs – selon Halfeld – seraient la déification de l'argent, la transformation du temple en banque, la glorification puritaine du succès et du gain, l'impresario un peu prédicateur, l'homme d'affaires et l'usurier n'ayant que le mot Dieu à la bouche, l'idéologie humanitaire et pacifiste au service du matérialisme... On rappellera volontiers l'affirmation de Sombart selon qui l'Amérique est un pays juif jusque dans ses moindres recoins et l'américanisme, un « esprit juif distillé » ; ou celle de Günther, selon qui les représentants de cet esprit sont majoritairement juifs ; ou bien celle de Wolf, pour qui le lien étroit entre Anglo-saxons et Francs-maçons sous l'influence des Juifs expliquerait l'histoire occidentale de ce temps. Du reste, Karl Marx lui-même n'écrivait-il pas : « Quel est le principe terrestre du judaïsme ? Le sens pratique, l'utilité propre. Quel est son dieu terrestre ? L'Argent. Le Juif s'est émancipé hébraïquement en s'appropriant le pouvoir de l'argent, mais aussi en réussissant à faire de l'argent une puissance mondiale. Ainsi, l'esprit utilitaire juif est devenu l'esprit utilitaire des peuples chrétiens. Les Juifs se sont émancipés en judaïsant les chrétiens. Le Dieu des Juifs s'est sécularisé et est devenu le dieu de la terre. Le taux de change est le vrai dieu des Juifs ».

L'intelligence perverse

A la puissance de l'or fait écho, dans l'action du judaïsme contemporain, la puissance de l'intelligence au service de la révolution. Nous faisons ici allusion au ferment de subversion qui ne se limite plus au champ social, mais agit sur le plan spirituel et culturel sous les formes les plus variées, trouvant sa source dans l'inclination de « l'homme de la rédemption » incarné. Il est incontestable que, dans le domaine de la culture, de la littérature, des arts et même de la science, les contributions juives, directes ou indirectes, convergent toujours vers un même effet : falsifier, ridiculiser, montrer sous un jour injuste et illusoire tous les idéaux des peuples aryens, en poussant au premier plan tout ce qui se cache de sensuel, d'inférieur et d'animal dans la nature humaine. Souiller tout ce qui est sacré, faire vaciller les certitudes sur leur socle, inspirer un effroi spirituel de nature à encourager les forces les plus viles, ainsi se manifeste l'action juive, action par ailleurs essentiellement instinctive, naturelle, procédant de l'essence, de la « race interne », comme il est propre au feu de brûler et à l'acide de corroder.

Le relativisme d'Einstein, qui a poussé le profane à croire que la science allait confirmer l'impossibilité de tout point de référence, alors que d'un autre coté il donnait la dernière main à un type concret de découverte physique, y substituant un système purement formel de données mathématiques et algébriques ; Bergson, avec sa théorie qui exalte la vie dans son immédiateté, son irréductibilité aux certitudes intellectuelles, son devenir incoercible, son antithèse par rapport au monde classique de l'être ; Freud, Adler et d'autres psychanalystes juifs, qui ont découvert l'univers trouble de l'inconscient et qui ont voulu démontrer son omnipotence – faite d'instincts ataviques sauvages, de libido primordiale et des fameux « complexes » - sur toute faculté ou inclination du « moi » en veille ; l'école sociologique juive, qui s'est mise à interpréter les religions et les mythologies non plus sur la base d'un élément transcendant, mais seulement comme de pures créations sociales et donc purement humaines ; le Juif Lombroso qui, non content d'établir des relations aberrantes entre le génie et l'anormal, considère le délinquant comme le descendant résiduel et encore pur d'une « race », qui serait exactement la race dont nous serions issus ; Max Nordau, résolu à démasquer « les mensonges conventionnels de notre culture » comme un certain nombre de romanciers juifs, à commencer par Wassermann, qui se sont spécialisés dans la découverte des injustices et des inadaptations des idées-bases de la société moderne; le matérialisme historique de Karl Marx qui nous présente comme seule force créatrice de l'histoire, le processus économique brut, donnant au reste la valeur d'une pure superstructure (d'où ce jugement de Franck : « La doctrine marxiste ne correspond pas à la réalité, mais à l'esprit et au besoin du judaïsme, lequel ne considère que les problèmes de matérialité et d'argent et se moque de tout idéal et de toute forme spirituelle. C'est une forme niveleuse lancée contre toute valeur de race et de sang »).

L'action des soi-disant spécialistes de la question sexuelle, en grande partie juifs, à commencer par le célèbre Magnus Hirschfeld, résolus à faire de l'éros une vraie obsession et à attirer l'attention, au moyen de publications pseudo-scientifiques et de divagations, sur toutes les formes anormales et dégénérées de la sexualité ; la « découverte » de la mentalité des « primitifs » par Levy-Bruhl et Durkheim, à laquelle fait pendant l'action d'une nombreuse troupe de Juifs dans le domaine de l'art moderne, où c'est à nouveau l'informel, le primitivisme, le sensualisme qui ont le dessus – et ainsi de suite, voilà les exemples précis et qu'on pourrait multiplier, d'une action aux mille visages mais ayant un seul effet : dégrader, subvertir, désagréger. C'est la « Schadenfreude » : la jouissance de l'avilissement, du gâchis, de la souillure, du sensualisme, ouvrant la porte à la part souterraine de l'âme humaine, afin qu'elle se déchaîne et soit satisfaite. La Schadenfreude est caractéristique de l'âme judaïco-levantine, l'âme de « l'homme de la rédemption ».

Les antisémites extrémistes tendent à considérer comme volontaire cette convergence d'effets. Le point de vue dominant et plus sage est, cependant, qu'il ne s'agit pas en la matière, d'une intention précise ni d'un plan établi, mais justement d'un instinct, d'une manière d'être naturelle et spontanée. La convergence se réalise par syntonie, par affinité d'instinct et d'inspiration. A l'égard de ces Juifs, on ne peut même pas parler d'une vraie responsabilité : le Juif ne peut s'en empêcher, comme l'acide ne peut faire autrement que de corroder. C'est sa façon d'être, déterminée par les causes ataviques et raciales évoquées. Donc, il faudrait moins le haïr que prendre les mesures pour en limiter et neutraliser l'action – pour qu'il ne puisse pas nuire.

L'antisémitisme voit en outre persister, sous des formes modernisées, l'ancienne solidarité juive cimentée par la double morale, au point que la communauté juive, nous dit Fritsch, a moins les caractéristiques d'une communauté religieuse que ceux d'une conjuration sociale : et les Etats aryens, ignorant cette double morale et ne se défendant pas, concèdent inconsidérément aux Juifs des droits égaux comme s'ils respectaient leur morale, se posent virtuellement en position d'infériorité, remettant leur destin aux mains du peuple qu'ils avaient accueilli, aux mains d'une race étrangère, internationale et antinationale.

Conscients de cela, il faut réagir par deux voies : l'une morale, l'autre politique. Il ne faut lier aucun rapport entre les Aryens et une « race privée du sentiment d'honneur et de loyauté », et agissant par deux voies principales : la tromperie et l'argent. Le concept social aryen serait : « L'homme sincère et conscient place son orgueil dans une vie méritoire d'action loyale et de production droite. Il préfère mourir plutôt que d'obtenir des avantages par des actions déshonorantes. L'idée rigoureuse de l'honneur et de la justice sans condition envers les autres hommes constitue le fondement de toute vie héroïque et prend racine dans un élément profond de l'âme : dans le sentiment de honte. Un peuple qui renonce au sentiment d'honneur et de honte est indigne d'une qualification humaine : c'est une soushumanité (Fritsch). Il est donc absurde – conclut-il – de prétendre établir des lois égales pour les Juifs et les Aryens.

Des mesures prophylactiques s'imposent. Donner entière liberté aux Juifs signifierait qu'ils se jouent de nous. Et c'est pour cela que l'idéologie libérale, individualiste et démocratique a eu, à juste titre, les Juifs comme défenseurs fervents ».

D'où le passage à l'action politique et aux mesures que les Etats [nationalistes], acceptant les thèses de l'antijudaïsme, ont adoptées pour écarter les éléments juifs des postes de commande de la vie politique, économique et intellectuelle, accaparés en masse ces derniers temps. La polémique antisémite a permis de mettre en lumière que dans le commerce, le trafic, dans les postes de direction ou indépendants, l'élément juif était effectivement prédominant, alors qu'il diminuait dans les postes subalternes, parmi les ouvriers, les agriculteurs, où le pourcentage de Juifs devenait presque négligeable comparé au nombre de non-Juifs. En tout cela, l'antisémitisme a noté un phénomène de parasitisme non exempt de liens avec l'instinct juif héréditaire les poussant à « sucer le lait des gens, et à téter les mamelles des rois », à « dévorer les peuples que Dieu lui aura livrés », selon les anciennes expressions de la Loi. Les Juifs ne fabriquent pas, ne produisent pas, mais spéculent et trafiquent sur ce que les autres font et s'enrichissent à leurs frais et dominent. Les Juifs visent directement les occupations intellectuelles et les postes de direction, et ainsi haut placés, peuvent exercer une activité souvent suspecte et corruptrice, laissant aux autres, aux Aryens, les formes inférieures de travail.

De là, donc, les mesures politiques tendant à bannir les Juifs des charges publiques et à en limiter la représentation dans chacune des professions. Le Manuel de la question juive, écrit par Fritsch, conclut par ces mots révélateurs : « Les Juifs sont dangereux non seulement économiquement, mais aussi spirituellement et moralement. Par la loi rabbinique, le Juif est lié à un Etat particulier, qui comprend tous les Juifs du monde. Il lui est donc impossible d'être sincèrement membre d'un autre Etat. Chaque peuple qui tient à sa liberté et à son honneur et entend se défendre face à toute tentative d'affaiblissement de son droit et à toute dégénérescence morale, ne pourra à l'avenir tolérer de Juifs en son sein. Où doivent-ils aller, alors ? Ceci les regarde. Certainement pas là où les paysans et les artisans [non-Juifs] seraient obligés d'abandonner leurs biens et leurs maisons. Du reste, ils possèdent assez d'argent pour acquérir une part entière du globe, en Australie ou en Afrique. Là, ils pourront vivre en paix selon leurs coutumes et montrer au monde qu'avec leur force, ils savent créer une culture. A nous, s'impose l'abolition de l'émancipation des Juifs ». Et De Vries de Heekelingen d'ajouter : « Nous ne reprochons pas aux Juifs de travailler pour la grandeur de leur race. Nous admirons même la ténacité avec laquelle ils poursuivent la réalisation de leur but. Nous ne pouvons comprendre, en revanche, l'aveuglement de tant de non-Juifs qui ne montrent pas le même enthousiasme et la même ténacité pour défendre leurs intérêts les plus sacrés ».

Par les considérations ici évoquées, on a mis en lumière le coté essentiellement « racial », outre que politique ou social, du problème juif : racial non pas en référence à une race pure, mais à des instincts devenus, pour ainsi dire, un héritage organique capable d'épouser des formes variées de manifestation, mais ne disparaissant jamais complètement.

Les Protocoles des Sages de Sion

Nous devons maintenant dire quelque chose sur un livre qui a suscité toutes sortes de discussions et a eu une part fondamentale dans la polémique antijudaïque : il s'agit des fameux Protocoles des Sages de Sion. Puisque nous avons déjà traité de ce livre dans l'introduction de sa dernière édition italienne, nous nous limiterons à un aperçu général, car on ne peut évoquer la question juive sans un éclairage à son propos.

Les Protocoles sortirent sous leur forme actuelle en Russie en 1904, édités par un certain Sergueï Nilus qui les présenta comme un document soutiré à une mystérieuse
organisation judéo-maçonnique. En réalité, il a été prouvé qu'une partie de ces textes avaient été divulgués, publiés et Bismarck lui-même en aurait eu connaissance. Les idées centrales des Protocoles sont les suivantes :

1. Les différents événements et les différentes idéologies qui ont conduit l'Europe traditionnelle, aryenne et chrétienne au déclin ne sont pas fortuits, mais obéissent à un plan précis de destruction.

2. Ce plan de destruction émane d'une organisation occulte, qui l'a élaboré dans tous ses détails, étudiant en même temps, sur les bases de la connaissance des lois précises qui lient les causes aux effets, les voies de sa réalisation progressive.

3. Cette organisation agit surtout par l'intermédiaire de gens qui ne se rendent pas compte, souvent, qu'ils en sont les instruments. Son action se développe sur trois plans.

D'abord un plan idéologique : on distille des idéologies auxquelles on ne croit pas, que les Sages de Sion méprisent, mais qui servent leurs desseins machiavéliques, pour faire avancer la subversion, pour désagréger les sociétés et les Etats : libéralisme, rationalisme, internationalisme, démocratie.

En second lieu, on fait en sorte que les principaux centres de fabrication de « l'opinion publique », c'est-à-dire la presse internationale, soient sous contrôle.

En troisième lieu, l'objectif est de contrôler la part maximale des richesses du monde, c'est-à-dire la finance internationale.

Agissant par ces trois instruments, ils poussent partout le ferment de la subversion, déracinent spirituellement et socialement les hommes, en font une bouillie matérialiste, sans patrie ni tradition, sans force intérieure ni personnalité ; vraies révolutions (qui devront avoir comme point de départ la Russie – à noter que les Protocoles furent du domaine public à partir de 1904) et guerres suscitées de manière occulte devront conduire la crise de l'homme occidental jusqu'à un tel degré qu'à la fin il deviendra une chose passive entre les mains de dirigeants invisibles. Alors ceux-ci se révéleront pour assumer le pouvoir universel. A leur tête, un roi de race juive.

Une fois informé du contenu des Protocoles, on vient à se demander s'ils sont authentiques. Cette question n'a pourtant pas de sens car, comme le relève bien René Guénon, « aucune organisation vraiment et sérieusement secrète, quelle que soit sa nature, ne laisse derrière elle des documents écrits ». Il ne faut donc pas se demander s'ils sont authentiques mais s'ils sont véridiques. Le document doit être examiné pour la vérité qu'il contient au sens des sciences positives, modernes, c'est-à-dire des hypothèses de travail qui servent à orienter le procédé inductif qui les confirme, un ensemble de faits qui, en vertu d'elles, vont révéler une intime connexion et une loi unitaire. D'un tel point de vue, on peut dire que même si les Protocoles n'étaient pas vrais, c'est comme s'ils l'étaient, pour deux raisons :

1. Parce que les faits qui se sont produits après leur publication les confirment. Hugo Wast écrivait : « Les Protocoles peuvent être faux ; mais ils se réalisent merveilleusement » et Henry Ford : « L'unique jugement que je puis émettre sur les Protocoles est qu'ils s'accordent parfaitement avec ce qui advient. Depuis qu'ils ont été écrits, ils correspondent exactement à la situation mondiale et aujourd'hui encore ils indiquent le rythme ».

2. Parce que les idées fondamentales dont ils s'inspirent sont celles du judaïsme international, et donc si les Protocoles ont été inventés, l'auteur a simplement écrit ce que chaque Juif fidèle à sa tradition, à la volonté profonde d'Israël et conscient de ses instincts, aurait pu écrire.

Sur le premier comme sur le deuxième point, l'édition italienne des Protocoles donne une ample et convaincante démonstration. Le problème ainsi posé, la question du « plagiat », qui a provoqué le vieux procès de Berne apparaît, au fond, frivole. Il ne fait aucun doute qu'on trouve dans les Protocoles des éléments tirés d'ouvrages antérieurs, en particulier une plaquette écrite en 1865 par un franc-maçon révolutionnaire, Joly. Mais on ne se situe pas ici dans le domaine de la littérature, où emprunter aux autres jette le discrédit sur l'œuvre. Un stratège peut utiliser des choses exposées par d'autres et en conserver même leur formulation littérale si elle sont susceptibles d'entrer dans son plan, sans que la signification de ce dernier s'en ressente.

Il est plus sérieux et concluant de constater la présence de toute une série d'antécédents des Protocoles, antécédents qui nous ramènent à des temps lointains et qui, de manière plus ou moins romancée ou mythologique, reproduisent le pressentiment obscur de cette double vérité :

- Que tous les principaux événements de l'Histoire ne sont pas fortuits mais ont leur logique et obéissent à une certaine intention.

- Qu'il existe un centre occulte du monde.

La caractéristique des Protocoles réside dans une formulation spéciale de ces deux motifs généraux : ce sont les événements de la subversion moderne qui obéissent à une certaine intention et qui ont une direction – et par conséquent, le centre occulte du monde a un caractère ténébreux, il est le centre de forces maléfiques, dévolues à la destruction de l'Europe traditionnelle. Cette formulation particulière est l'effet d'une espèce de retournement ou de contrefaçon d'une tradition préexistante, en soi ni juive ni maçonnique ; de quoi le lecteur pourra se convaincre en lisant la dernière partie de notre livre "Le Mystère du Graal".

De toute façon, il se demandera si au centre de ce plan destructeur annoncé par les Protocoles et vérifié, souvent avec une exactitude impressionnante par les événements successifs, on trouve vraiment des Juifs. Dans les Protocoles, on se réfère tantôt aux Juifs tantôt aux francs-maçons, ce qui n'est pas tout à fait la même chose... Pour notre part, nous croyons prudent d'utiliser seulement l'expression : dirigeants secrets de la subversion mondiale. Il est indiscutable que de nombreux éléments juifs ont été utilisés par ces chefs anonymes, car à cause de leurs instincts et de la déformation de leurs idées traditionnelles, les Juifs paraissaient être les instruments les plus qualifiés et adaptés. Mais il n'est pas prudent de généraliser au-delà d'une certaine limite.


Il faut, du reste, se rendre compte d'un autre point : que l'on ne peut pas faire des Juifs la cause unique et suffisante de toute subversion mondiale – comme le voudraient certains extrémistes – sauf à reconnaître une humiliante infériorité. Les Juifs auraient donc été plus forts que le monde aryen supposé en ordre et en pleine possession de ses moyens ? C'est un non-sens. L'action juive a été possible seulement parce que dans l'humanité non-juive s'étaient développés des processus de dégénérescence et de désagrégation : l'élément juif s'est greffé à ces processus, avec l'esprit, les instincts et les méthodes qui lui sont propres, il les a accélérés jusqu'à l'exaspération, les conduisant là où, seuls, ils ne seraient pas parvenus aussi rapidement."

Julius EVOLA, "Le Mythe du Sang".



Le combat de Dieudonné et Soral vu par un juif Ashkénaze.